Les Nouvelles Antigones à Tunis

L’Art Rue accueille du 13 au 16 décembre prochain la manifestation “Les Nouvelles Antigones” à Tunis. 

TunisEntre politique et artistique, ce projet veut donner à entendre la parole libre ou la prose sauvage et poétique des bloggeuses de Méditerranée, les Antigones du XXIe siècle.
Ces dernières années, le chaos et la confusion ont semblé gagner du terrain sur les rives de la « Mare Nostrum ». Entre guerre, terrorisme, crise économique, sans parler du drame des naufrages de migrants, la Méditerranée est devenue un immense cimetière.
Pourtant, il y a une société civile, où les femmes jouent un rôle de premier plan. Des femmes qui se battent encore pour la liberté d’expression, les droits humains, la dignité, et qui font entendre leur voix via les nouveaux médias ou le blogging. Ce sont ces femmes, cyber-activistes ou poétesses, qui dénoncent les injustices, informent, créent, en un mot qui résistent.
Les Nouvelles Antigones, c’est une tentative de comprendre le monde dans lequel nous vivons, en l’observant à travers le regard singulier des femmes des sociétés méditerranéennes qui remettent la parole au cœur de la Cité. 

Au programme, ateliers, tables-rondes et concert :

  • 2 tables-rondes vendredi 16 décembre à L’Art Rue
    • 14h – « Féminismes en Méditerranée » : avec Wassila Tamzali (Algérie), Sana Ben Achour (Tunis, Association Beity), Bochra Triki (Tunis, Association Chouf)
    • 17h – « L’écriture au féminin comme résistance »  : avec Naïla Mansour (Syrie), Abir Kopty (Palestine), Amal Claudel (Tunis, Association Chmal)
  • un concert, « La Nuit d’Antigone », vendredi 16 décembre à 20h au Théâtre El Hamra (entrée libre) : avec Sylvie Paz (chant), Naissam Jalal (flûte), Perrine Mansuy (piano), Anne-Laure Bourget (percussions), DJ Ipek Ipekçioglu (Design sonore) / Lecture par la comédienne Darina al Joundi.
  • Soirée DJ (électro) avec DJ Ipek vendredi 16 décembre à 23h au Yüka (Hötel Ardjan – Zone touristique de Gammarth)
  • 3 workshops du 13 au 15 décembre à L’Art Rue :
    • en écriture avec la romancière libanaise Najwa Barakat
    • en DJ-ing avec la berlinoise DJ Ipek Ipekçioglu
    • en blogging avec l’activiste palestinienne Abir Kopty

L’Art Rue est une association tunisienne porteuse de projets artistiques citoyens et innovants en espace public, en articulation avec le territoire. L’association aide à décloisonner les quartiers, les communautés créant du lien social entre des groupes et des individus qui ne se côtoient pas spontanément. Forte de 10 ans d’expérience reconnue, l’association est un laboratoire d’exploration des possibles, d’encouragement à l’expression artistique.

Contact :

L’Art Rue – Dar Bach Hamba (médina de Tunis)
Tél.: +216 71 323 315
+216 29 212 775
communication.lartrue@gmail.com

 

Père

Devant mon père je me suis mis à nue

Qui suis-je Père ?

Suis-je ton enfant adulé

Ou ton désir défendu ?

Suis-je ton bonheur

Ou ton déshonneur ?

Qui suis-je?

Un ange ou un germe de mal ?

Réponds Père !

Pourquoi me renies-tu

Par ton silence et ta honte ?

Est-ce je t’ai souillé, ou

Penses-tu me protéger

Par ta lâche virilité ?

Une main giflant

Me rappela mon péché

Mon corps s’est mis à danser

Sur le tempo maudit

Ma chevelure s’est révoltée

Mes seins se sont hissés

La terre en a frémi, maudit ma chair,

Les diables autour de moi

M’acclamaient

Femme, Femme, voilà ce que je suis !

Souche de l’Homme,

Esprit du Diable !

L’éternelle damnée !

Je déclare Désobéissance

Et incendie !

 

Amal Claudel

 

Traduit de l’arabe (Tunisie) par l’auteure.
Titre original : أبي
Illustration : photo de Stéphanie Tétu , avec son aimable autorisation.

 

Le souvenir de Madrid II, dessin par l’encre de chine, 2011 Artiste: Dan MU

En mal de féminité

Une statue en déesse fertile

Un corps en harmonie

Deux jambes révélant leur source

Le feu coulant

Sur les joues d’un volcan

Rêve penché, désir érigé

Regards… rencontre.

Une éruption, une brasure… une extinction.

La terre est si frêle

Si sèche, si dure

Nul labour

N’y est possible

Nul enfantement.

Ô Seigneur,

Ils ont maudit les flots de nos désirs

Rendant le soleil plombant

Et le ciel abstinent !

L’air d’absence est empli

La vie est en inertie.

Ô Déesse,

Dans les entrailles de cette Terre-Mère

Où la source est épuisée

Le volcan retient encore

Sa lave attisée.

Une éruption, une brasure…

Partance, puis partance.

Amal Claudel

Traduction : Yosra Essghir

Ce poème a été publié le 25 janvier 2015 sur Chaml, le blog collectif créé par Amal Claudel

Image : Dessin de Dan Mu

Le souvenir de Madrid II, dessin par l’encre de chine, 2011 Artiste: Dan MU

Le souvenir de Madrid II, dessin à l’encre de chine, 2011, Dan MU